Passons à une étude de cas : la marchabilité et la cyclabilité à Malte, où comment la trotinette électrique s’impose-t-elle à l’usage…

Dans le cadre d’un projet de recherche sur le vélo universitaire dans les campus de l’alliance SEA-EU, un partenariat de recherche entre l’Université de Bretagne Occidentale et l’Université de Malte s’est créé. Nous nous sommes rendus dans le plus petit pays européen et celui ayant la plus petite part modale du vélo pour comprendre comment sur une île aussi grande que l’île de Ré, les maltais utilisent la voiture pour quasiment tout, tout le temps, sur tous leurs trajets.

Source : https://nouveau.univ-brest.fr/sea-eu/fr

Nous avons expérimenté la cyclabilité et la marchabilité du territoire puis rencontré des acteurs de la mobilité ainsi que des cyclistes afin de comprendre le contexte. Suite aux échanges sur les pratiques, les freins et les motivations ; nous avons observé de grandes différences dans la manière d’appréhender les déplacements à Malte par rapport à la France. Pour les observations, nous avons également arpenté les rues pour trouver ce genre de merveilles de rétrofit à la maltaise, technique qui s’entend habituellement par redonner vie à de vieux scooter en remplaçant le moteur thermique par un moteur électrique. Ici, c’est le moteur du scooter qui termine sur un vélo (voir ci-dessous).

Le rétrofit de vélo à la maltaise, source : photo du voyage d’étude à Malte dans le cadre du projet Cycle EU

Malte est une île relativement vallonnée et les infrastructures piétonnes sont peu existantes. Lorsqu’il y a un trottoir, il est souvent peu large et encombré de poubelles ou bien de rampes pour faciliter l’accès des voitures aux places de stationnement.

Le climat de l’île de Malte parait propice à la marche comme au vélo, car les températures moyennes sont clémentes et les précipitations assez rares. De plus, sur une partie importante des côtes, une promenade suit le front de mer est aménagé, ce qui semble propice à la marche à pied tout en profitant du spectacle de la nature. Et permettant de faire état de la notion de tourisme vert sur l’île que vous pouvez parcourir avec tout type de véhicules… motorisés… (voir photo ci-dessous).

Tourisme vert à la maltaise, source : photo du voyage d’étude à Malte dans le cadre du projet Cycle EU

Les conducteurs de l’île disposent en moyenne de 1,8 voitures, l’impacte visuel est conséquent : du stationnement partout dans les rues, ruelles et espaces inter-bâtiments où l’espace manque. Parfois, leur utilisation est optimisée (voir ci-dessous, une voiture présentoir).

Le présentoir voiture, source : photo du voyage d’étude à Malte dans le cadre du projet Cycle EU

Bien entendu, des vélo en libre service (VLS) sont disponibles à la location, deux marques cohabitent depuis la fin des années 2010.

Et leur utilisation a été étudiée dans les travaux de Suzanne Maas (2021), “Heat, Hills and the High Season: A Model-Based Comparative Analysis of Spatio-Temporal Factors Affecting Shared Bicycle Use in Three Southern European Islands” et “Attitudes and perceptions towards shared mobility services: Repeated cross-sectional results from a survey among the Maltese population” (2020). Cette équipe s’interroge également sur la perception des usagers des vélos en libre service dans le contexte ilien.

Concrètement, le parc de VLS périclite petit à petit, les usagers s’orientant de plus en plus vers les flottes volantes de trottinettes électriques proposées, là aussi plusieurs marques.

La tarification contribue au succès puisqu’elle se fait en fonction de la durée (20 cents./min. (Bird). On peut aussi mettre en avant que la trotinette électrique comporte de nombreux avantages : elle permet d’effectuer des déplacements relativement longs à n’importe quel moment du jour et de la nuit (1), à un coût abordable (2), elle procure des sensations proches de celles du vélo (3) tout en autorisant une trajectoire sur les espaces piétons. Néanmoins, les choix de gestion du parc de trottinettes par les compagnies de location sont contestables. Et l’idée d’associer mobilité durable et trottinettes électriques est incongrue car la durée de vie de ces engins est, à titre d’exemple, de 28 jours aux Etats-Unis en 2019. A Malte la caution est de seulement 3 euros, un prix peu incitatif pour éviter les mésusages. De plus, pour recharger ces trottinettes, comme dans les autres villes du monde, une camionnette circule afin de les collecter puis de les amener à un dépôt où les batteries sont rechargées. Une partie des bénéfices environnementaux dus à l’utilisation d’un mode actif étant dans cette démarche anéantis.

Enfin, impossible de parler mobilité et transport sur Malte sans aborder le fonctionnement de la démocratie. La vie politique à Malte est en partie financée par les grandes entreprises, dont celles du BTP ou de la construction des routes. La dénonciation de la corruption sur l’île de Malte demeure une affaire sensible, elle a notamment couté la vie à Daphne Caruane Galizia : https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-du-mardi-10-mai-2022

Démocratie à la maltaise, source : photo du voyage d’étude à Malte dans le cadre du projet Cycle EU

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
alicegrasset (7 juin 2022). Passons à une étude de cas : la marchabilité et la cyclabilité à Malte, où comment la trotinette électrique s’impose-t-elle à l’usage… Fabrique des mobilités durables en Bretagne FABMOBZH. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oo4f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.