Le dernier kilomètre à vélo

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/esprit-d-initiative/esprit-d-initiative-du-jeudi-08-septembre-2022-6251411?utm_campaign=veille%20de%20l%27adeupa%20-%20statistiques&utm_medium=email&utm_source=Revue%20newsletter

Résumé

La logistique du dernier kilomètre va devenir un vrai enjeu avec le développement des Zones à Faibles Emissions carbone dans les grandes villes. Les livraisons à vélo se développent, exemple avec les Coursiers de Metz.

“On livre tout, ou presque”, c’est leur devise. Pour l’instant, ils ne sont que trois, mais ils espèrent grandir et ont très vite cherché à se développer au-delà de la livraison de repas, dans un centre-ville de Metz déjà difficile d’accès aux camions.

“On a un centre-ville piéton, qui est magnifique, mais qui est franchement difficile d’accès, déjà fermé aux camions depuis longtemps en dehors de certains horaires. Donc pendant ces horaires-là, c’est un bordel sans nom, il y a des camions partout dans les rues. Il y a forcément une solution à apporter avec les vélos et c’était facile de parler du sujet parce que tout les transporteurs à Metz ont déjà ce problème-là.”

Julien Gelot et William Fraolini, les deux fondateurs de l’association, nous reçoivent entre deux livraisons dans le hangar du tiers-lieu Bliiida qui les héberge et où sont entreposés leurs vélos cargo à assistance électrique. Pour faire de la logistique, ils se sont aussi équipés de remorques de transport de palettes Bicylift, de fabrication française. Julien nous en montre le fonctionnement, très simple : on glisse la fourche amovible dans une palette, on approche la remorque, on la clipse sur la fourche et c’est parti !

“Ça prend 5 seconde pour l’accrocher, 5 secondes pour la décrocher et on ne sent pas du tout la palette de 200 kilos derrière le vélo, à condition qu’elle soit bien arrimée et bien équilibrée, bien sûr. Ce sont des petites choses qu’on a apprises au fur et à mesure.”

Avec cet attelage, les coursiers estiment être plus efficaces qu’un livreur en camionnette avec son tire-palettes ou que les camions obligés de se garer à 100 mètres pour aller livrer.

“On livre même dans le magasin. Il y a des centres commerciaux où on va avec la remorque dans les ascenseurs pour livrer les boutiques à l’étage.”

C’est tellement efficace que de grosses sociétés de logistique, comme DB Schenker ou Lyreco leur ont déjà confié une partie de leurs livraisons en centre-ville, comme dans d’autres villes. Elles anticipent sur la législation qui rendra les Zones à Faibles Emission carbone (les ZFE) obligatoires dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants à partir de 2025, interdisant la circulation des véhicules les plus polluants dans les centre-villes.

200 tonnes livrées en un an

Comme les coursiers de Metz, ces livreurs à vélo sont pour beaucoup affiliés à la coopérative Coopcycle qui leur permet, entre autre, de négocier au niveau national.

“Lyreco, nous a contacté en tant que coopérative locale. D’autres associations ou coopératives locale de livreurs avaient été contactées. On a remonté ça à Coopcycle qui leur a dit : on peut faire dans 45 villes. Du coup on a pu négocier un marché national et ça a permis de booster la solution chez Lyreco en leur fournissant des livraisons à vélo un peu partout en France.”

En un an, les Coursiers de Metz ont livré près de 200 tonnes. Une vraie solution logistique donc, pour rendre les centres-villes plus paisibles.

“C’est pas une solution de greenwashing où on met du vélo juste pour faire croire que… Non, il y a de réels résultats !”

“On fait ça aussi pour le mieux-vivre ensemble. C’est bête à dire mais on aime notre ville, on y vit. Nos projets sont de participer encore plus avant : ramasser les déchets des restaurants, récupérer les huiles de friture, ramasser pour recycler les cartons… Il y a plein de possibilités pour une économie plus vertueuse, verte et circulaire grâce au vélo !”

Les deux fondateurs des Coursiers de Metz imaginent aussi faire évoluer leur association vers une Scop, séduits par le côté participatif de ce modèle économique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
alicegrasset (18 septembre 2022). Le dernier kilomètre à vélo. Fabrique des mobilités durables en Bretagne FABMOBZH. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oo4q


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.