Une enquête sur les voitures partagées (Sciences Ouest 395)

Une enquête sur les voitures partagées dans le magazine Sciences Ouest n°395

« Partager une voiture se banalise petit à petit » Pierre Servain, chercheur en sociologie à l’Université de Bretagne Occidentale, et ses collègues s’intéressent à cette pratique. À la différence du covoiturage, où le propriétaire possède et conduit le véhicule lors des trajets, l’autopartage permet la mise en commun d’une voiture entre différents usagers.

Valeurs écologiques et éthiques

Grâce à une enquête, les chercheurs brestois ont découvert que les motivations des autopartageurs varient selon leur motif utilitaire ou non utilitaire. « Par utilitaire, je pense au cas de figure où une personne a besoin d’une voiture mais seulement de façon ponctuelle. » D’autres usagers semblent plutôt intéressés par les valeurs écologiques et éthiques de l’autopartage. De manière générale, cette pratique implique bien plus que la mise en commun d’un bien : elle nécessite de l’organisation et de tisser du lien social. Enfin, cette démarche permet une prise de conscience quant à la valeur de la voiture et d’éviter de l’utiliser systématiquement. Serait-ce un signe annonciateur d’une forme de transition vers une société plus écologique ? Rien n’est moins sûr, car il est difficile de comptabiliser des pratiques privées interindividuelles et donc sans visibilité particulière.
« Bien qu’elle se développe, cette pratique semble rester marginale. »


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jérôme Sawtschuk (19 février 2022). Une enquête sur les voitures partagées (Sciences Ouest 395). Fabrique des mobilités durables en Bretagne FABMOBZH. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oo3s


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.