Cycliste à l’Andaluz

Vous connaissez Séville ? En 2008, la ville s’équipait de ses 80 premiers kilomètres de route cyclable. A l’époque, pas de culture vélo, beaucoup d’autos et des journalistes conservateurs qui considéraient que l’investissement dans des infrastructures vélo était pure perte. Une simple folie de gens de gauche, loin des préoccupations des habitants.

Et puis, progressivement les mentalités et les habitudes ont évoluées, à mesure que les kilomètres à usage des cyclistes se sont étendus pour irriguer le tissu urbain. Regardez les lignes vertes sur la carte ci-dessous, en 10 ans la ville est métamorphosée.

Politiques cyclables des villes européennes : Seville – How to improve cycling mobility in a city with no cycling culture, UNIL – Observatoire universitaire du vélo et des mobilités actives, 17 mars

Selon Manuel Calvo, la recette est simple, voici la liste des ingrédients :

  • une arrivée de la gauche au pouvoir en 2003 qui marque le début de la construction politique vélo et
  • 10 millions d’investissement dans la phase 1

Vous obtenez les premières enquêtes d’opinion montrant que 90% des participants souhaitent plus d’infrastructures cyclables.

Ensuite, il vous faudra lier le tout avec 12 millions d’euros dans la phase 2,

puis incorporer :

  • une ouverture dans le champs des possibles grâce à la mise à disposition de vélos et de stationnements;
  • une ouverture des chakras grâce à des campagnes de communications,
  • une invitation à investir l’espace en montrant qu’il y a de la place pour les voisins, les clients des commerces, les spectateurs des évènements culturels, les parents d’élèves, les amis et les copains. Bref, de la place pour les gens.

Son message est simple, donnez de la place aux habitants et ils deviendront des cyclistes. La preuve, selon les observations annuelles, 30% des nouveaux cyclistes sont d’anciens autosolistes. En image, c’est aussi simple :

Des vélos

+ des parking à vélo

+ encore des parkings à vélo, (y compris dans les bâtiments des universités)

= des cyclistes heureux

Alors on résume, en hollande il aura fallu 15 ans pour obtenir une culture vélo. A Séville, pourtant partie de rien, moins de 10 ans. L’objectif de la ville est d’accélérer la transition en passant de 9% de part modale actuellement à 15% en 2025. Et pendant ce temps, quels sont les objectifs à Brest ?

« Le vélo représentait 1,5% des déplacements en 2019, et nous voulons voir ce chiffre atteindre les 4% en 2025 », explique Yohann Nédélec, vice-président de Brest métropole en charge des mobilités.

🙄 On a envie de dire olé 💃🏻💃🏾💃🏽💃🏼 et merci 🙏


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
alicegrasset (17 mars 2022). Cycliste à l’Andaluz. Fabrique des mobilités durables en Bretagne FABMOBZH. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oo44


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.